logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques françaises > Élections 2017 > Accélérer la disparition des passoires énergétiques : qui dit quoi ?
Accélérer la disparition des passoires énergétiques : qui dit quoi ?
date 13 avril
texte+ texte- google twitter facebook

Notre analyse des propositions des candidats à l’élection présidentielle.

François Fillon

Poursuite des dispositifs actuels pour la rénovation des logements


Le candidat souhaite souhaite encourager une politique d’habitat durable.
Il propose de :
- Généraliser la formule du chèque-énergie qui vient remplacer les tarifs sociaux de l’énergie
- Poursuivre les programmes d’aide à la rénovation thermique des logements
- Amplifier la politique d’économie d’énergie et rendre ainsi du pouvoir d’achat aux Français

Notre avis
Le programme ne comporte pas de mesure qui cible spécifiquement les logements les plus énergivores. Le problème de la précarité énergétique est bien identifié mais la réponse apportée réside seulement dans le chèque énergie pour l’aide au paiement de factures.
Si la poursuite des programmes d’aide à la rénovation énergétique des logements est évoquée, il est difficile de savoir si cela concerne les logements publics ou privés et quels seront les moyens financiers engagés qui eux ne sont pas évoqués.


Benoît Hamon

Plan d’investissement dans la rénovation énergétique des bâtiments qui vise à éradiquer la précarité énergétique


Le candidat prévoit de lancer un plan massif d’investissements dans la rénovation énergétique des bâtiments et la rénovation urbaine. Le plan vise particulièrement à rénover les bâtiments publics et les passoires énergétiques dans l’objectif d’éradiquer la précarité énergétique. Ce plan prévoit un financement global conséquent de 100 milliards d’euros sur le quinquennat, dont 6 milliards d’euros chaque année seraient consacrés au financement de la rénovation énergétique via des prêts de la Caisse des Dépôts et par des aides publiques. Le candidat prévoit aussi la mise en place d’un bouclier énergétique pour les 30% de ménages les moins bien isolés afin que ceux-ci ne consacrent pas plus de 10% de leurs revenus aux dépenses énergétiques.

Notre avis
Le lien est établi clairement entre rénovation et lutte contre la précarité énergétique. Les montants d’investissements annoncés montrent que l’importance du phénomène des passoires énergétiques en France est bien perçu. La question du double financement public pour la rénovation, via la Caisse des Dépôts pour les prêts adaptés aux ménages, et via des dispositifs d’aides publiques est mentionnée.
La question spécifique du bouclier énergétique manque encore de précision quand à la cible qu’il entend toucher, les ménages les moins bien isolés sont ils ceux qui ont les revenus les plus bas ? Des précisions restent encore à apporter sur cet aspect.


Marine Le Pen

Priorité budgétaire du quinquennat et généralisation de prêts à taux zéro refinancés par la Banque de France


La candidate évoque dans son programme la nécessité pour lutter contre la précarité énergétique et agir directement sur le pouvoir d’achat des Français, de faire de l’isolation de l’habitat une priorité budgétaire du quinquennat. Elle prévoit pour cela la mise en place de prêts à taux zéro refinancés par la Banque de France (après sortie de l’euro).

Notre avis
La priorité est bien actée, le lien entre précarité et rénovation est fait. La question d’un outil de financement est également posée (son accessibilité aux ménages les plus précaires reste à démontrer). Cependant, le programme ne prend pas en compte la complexité sociale de la question, notamment la dimension de l’accompagnement des ménages et reste très vague sur la cible en matière de logement à rénover en ne parlant pas des logements les plus énergivores (ou passoires énergétiques), et en ne mentionnant aucune ambition chiffrée.
Alors que le programme parle de “priorité budgétaire du quinquennat”, les propositions manquent de détails.


Emmanuel Macron

Audit gratuit, rénovation de la moitié des logements-passoires d’ici 2022, interdiction de location de passoire énergétique à partir de 2025


Le candidat prévoit de :
- Transformer le Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE) en prime immédiatement perceptible au moment des travaux et non l’année suivante. Et ce, afin de permettre à tous de pouvoir réaliser les travaux nécessaires, notamment à ceux qui n’ont pas aujourd’hui toutes les ressources pour investir.
- Aider particulièrement les ménages les plus pauvres à rénover les passoires énergétiques et à mieux s’alimenter
- Proposer un audit gratuit à tous les propriétaires occupants en situation de précarité énergétique : maisons à la campagne, pavillons du périurbain, copropriétés où les travaux ont été trop longtemps repoussés
- Viser la rénovation de la moitié des logements-passoires des propriétaires les plus modestes dès 2022, afin de diminuer les émissions et de faire baisser les charges (électricité, fioul, gaz). Et de financer à cette fin, via un fonds public doté de 4 milliards, les travaux des propriétaires les plus précaires.
- Interdire à la location les passoires énergétiques à partir de 2025

Notre avis
Le programme établit le lien entre précarité énergétique et rénovation des logements et cible spécifiquement les passoires énergétiques. De plus, il propose une réforme en matière de financement en proposant une forme de préfinancement. La question de l’accompagnement social des ménages en précarité énergétique n’est pas perçue au delà d’un audit énergétique gratuit. Si ce dernier va dans le bon sens, il faut le coupler à un dispositif d’accompagnement vers une solution adaptée pour ces ménages. Le soutien financier annoncé, s’il s’additionne au niveau de soutien actuel, soit 3 milliards d’euros par an pour les aides à la rénovation énergétiques des logements privés, montre que l’ampleur du problème est bien perçu. Si ce soutien financier vient se substituer à ce qui se fait actuellement cela signifierait une division par trois des montants d’aides actuels. Une clarification est donc importante sur ce point.


Jean-Luc Mélenchon

700 000 rénovations par an, renforcement des programmes de détection et formation des professionnels afin d’imposer une obligation de résultats


Le candidat propose de :
- Assurer l’isolation d’au moins 700 000 logements par an pour 20 milliards d’euros sur le quinquennat
- Renforcer les programmes locaux de détection des passoires énergétiques, avec davantage de moyens humains et financiers
- Mettre fin aux situations de précarité énergétique que vivent les ménages
- Former, labelliser et coordonner les professionnels de la rénovation énergétique afin d’imposer une obligation de résultats
- Mettre en place un « guichet unique » regroupant les demandes de financement, l’évaluation des besoins, la coordination des professionnels nécessaires pour organiser la rénovation par les propriétaires individuels

Notre avis
Le lien est clairement établi entre précarité et passoires énergétiques, les dimensions sociales, environnementales et économiques sont bien présentes. Les propositions de meilleure coordination des interventions des professionnels sur les chantiers et de guichet unique pour faciliter et accélérer les démarches administratives des ménages montrent qu’une attention particulière est portée aux propositions issues de la société civile. Si les mesures manquent parfois de précision, le programme prend bien la mesure du problème au regard des chiffres avancés de rénovations et des 20 milliards annoncés sur le quinquennat lors de l’exercice de chiffrage détaillé du projet pour la rénovation énergétique des logements privés.



Nos analyses sur les six chantiers prioritaires que nous avons évalués :

- Relancer rapidement le développement des énergies renouvelables et leur fixer un cap à 100 % d’ici à 2050
- Une fiscalité adaptée à une transition écologique juste
- Enclencher une transition agricole et alimentaire écologique
- Accélérer la disparition des passoires énergétiques
- Donner accès à une mobilité propre à toutes et tous
- Concrétiser et amplifier les engagements financiers de la France pour une justice climatique au sud

date Post Scriptum

Pour en savoir plus sur notre démarche et notre méthode : http://www.rac-f.org/Elections-2017...