logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > A Varsovie, indignation devant les nouveaux objectifs climatiques du Japon pour 2020
A Varsovie, indignation devant les nouveaux objectifs climatiques du Japon pour 2020
date 15 novembre 2013
texte+ texte- google twitter facebook

Varsovie, le 15 Novembre 2013 - Le Japon vient d’annoncer de nouveaux objectifs de réduction d’émissions d’ici à 2020, lors des négociations internationales sur le climat à Varsovie. Alors que les pays devraient accroitre leurs efforts, le Japon a abandonné son objectif de réduction de -25% en 2020 (par rapport à 1990), et opte pour une hausse de 3,1%.


« Un scandale »

« Ca doit être une mauvaise blague. Sinon, c’est un scandale ! Cela aura un impact très négatif sur les négociations, et c’est une insulte directe envers ceux qui souffrent des impacts des changements climatiques », affirme Joseph Kogbe, coordinateur des ONG africaines francophones à la conférence de Varsovie. « Le Japon ne semble pas comprendre l’enjeu qui nous réunit aujourd’hui. Nous attendons beaucoup plus de la 3ème économie mondiale », ajoute-t-il.

« La science du climat est pourtant très claire. Les pays en développement et les pays vulnérables aux impacts du changement climatique (dont le Japon fait partie) ont besoin que l’on mette en place des mesures d’atténuation des émissions mondiales. Comment le Japon peut-il être à ce point irresponsable ? » s’interroge Joseph Kogbe.

Un des enjeux les plus importants de ces négociations

Abandonner l’objectif de -25% et défendre un objectif de hausse des émissions de 3,1% est une trahison vis-à-vis de la communauté internationale. Un des enjeux les plus importants de ces négociations est pourtant de répondre à la différence croissante entre les engagements des Parties à réduire les émissions d’une part, et ce qu’exige la science pour maintenir la hausse des températures sous les deux degrés d’autre part (par rapport aux niveaux préindustriels).

La porte-parole japonaise du Climate Action Network, Kimiko Hirata, ajoute qu’il est « illégitime d’utiliser le prétexte de l’arrêt du nucléaire pour abaisser les objectifs climatiques. D’autres pays ont montré qu’il est possible de passer du nucléaire aux renouvelables, tout en maintenant des objectifs élevés de baisse des émissions ».

« Renoncer à s’engager pour le climat est une insulte à ceux qui souffrent des impacts des changements climatiques, notamment aux Philippines », conclue Wael Hmaidan, directeur du Climate Action Network International.


Contacts presse (à Varsovie) :
- Simon Coquillaud, Réseau Action Climat : simon@rac-f.org