logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > 6 mois de présidence Hollande : 10 cartons rouges, 2 cartons jaunes et 4 cartons verts
6 mois de présidence Hollande : 10 cartons rouges, 2 cartons jaunes et 4 cartons verts
date 13 novembre 2012 documents joints 1 document joint
    [
texte+ texte- google twitter facebook

Alors que François Hollande fait aujourd’hui un bilan à mi-année, les ONG et associations de protection de l’environnement ont fait leur propre analyse concernant les politiques du gouvernement en matière d’énergie et de lutte contre les changements climatiques. Le constat est clair. Depuis son arrivée au pouvoir, malgré quelques annonces bienvenues lors de la conférence environnementale, le gouvernement a pris de nombreuses décisions allant dans le sens opposé à la transition énergétique qui devrait pourtant être le cœur du grand débat annoncé.

Communiqué de presse
le 13 novembre 2012


Télécharger le bilan en cliquant ici.

Le débat national sur la transition énergétique, grande promesse de campagne de François Hollande, doit fixer les grandes orientations de la politique énergétique de la France pour les années à venir. Mais le gouvernement a déjà pris des décisions, dont certaines vont à l’encontre de la transition énergétique, limitant de fait le champ du futur débat.

Des décisions à contre-sens de la transition énergétique

Sur la base des annonces, décisions et mesures prises, les ONG décernent 10 cartons rouges, 2 cartons jaunes et 4 cartons verts au gouvernement (voir la méthodologie et le détail dans le document joint). Si la rénovation thermique des bâtiments se voit affecter des objectifs ambitieux, les décisions prises sur le nucléaire, l’entêtement sur le projet de notre Dame des Landes et la révision du schéma national des infrastructures de transport non concertée avec les parties prenantes sont des exemples de mesures opposées à la transition énergétique.

Pendant ce temps, la préparation du débat national sur la transition énergétique part sur de mauvaises bases. Depuis la conférence environnementale qui en a donné les contours, rien ne semble avoir avancé, hormis la nomination d’un comité de pilotage qui ne respecte pas la pluralité des points vue. Aucune instance n’est en place, pas même la Commission Nationale qui doit être l’organe démocratique du débat. Aucune précision n’est donnée sur le rôle et les missions des différentes commissions. Pas d’information sur les documents qui seront soumis au débat, le déroulement du débat public, l’implication des citoyens et des différents acteurs, la mobilisation des collectivités territoriales, les règles de communication pendant le débat, en particulier pour les grandes entreprises de l’énergie, ni sur la plume qui rédigera la synthèse ou encore sur la méthode employée pour sa validation.

Un sursaut gouvernemental nécessaire

Nous en appelons donc au Président et au Premier ministre. La transition énergétique est un enjeu crucial pour l’avenir de nos sociétés confrontées à la raréfaction des ressources, aux changements climatiques, aux pollutions et risques industriels, à la hausse des prix des produits de première nécessité et au chômage croissant. La réorientation de notre politique énergétique n’est pas qu’une nécessité, c’est une chance pour un avenir plus serein et prospère. Ne gâchons pas cette occasion !

v
Les ONG et associations de protection de l’environnement attendent des engagements clairs sur le périmètre, l’ouverture, la transparence et la pluralité du futur débat sur la transition énergétique.


Contacts presse :

- CLER – Réseau pour la transition énergétique – Raphaël CLAUSTRE – 06
- Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme - Manuela LORAND - 06 98 45 46 91
- Les Amis de la Terre – Claude BASCOMPTE - 06 81 20 12 35
- Réseau Sortir du nucléaire – Charlotte Mijeon - 06 64 66 0123